Vous êtes ici

Trophées de la Paix économique : les lauréats

Publié le
16 Mai 2019

Le 14 mai dernier, les Trophées de la Paix économique ont ancré le premier événement international, visant à soutenir le déploiement de pratiques managériales vertueuses dans les organisations. 10 entités nationales et internationales ont été récompensées. Focus sur ces pionniers de la paix économique.

Ces Trophées organisés par Grenoble Ecole de Management ont pour ambition d’encourager les organisations à poursuivre des initiatives managériales plus humanistes, qui sont en cours d’élaboration. Les projets défendus par les lauréats, seront accompagnés pendant deux ans par les enseignants-chercheurs de la chaire de recherche. L’objectif est de consolider leur mise en œuvre.

Trois dimensions de la paix économique ont été récompensées au sein des organisations 
lauréates : le développement de la personne ; le développement des relations et des styles de management et le développement et l’épanouissement des parties prenantes, selon trois typologies : les entités de 1 à 249 salariés ; 250 à 5 000 salariés et plus de 5 000 collaborateurs.

Au total, 75 organisations nationales et internationales ont candidaté aux premiers Trophées de la Paix économique.

Les lauréats : 10 organisations récompensées

Le développement de la personne

  • La Ville de Kingersheim. Un laboratoire de la bienveillance (1 à 249 salariés)
  • GSF Propreté. Une formation à la nutrition/santé (+ de 5 000 salariés)

Le développement des relations et des styles de management

  • ALMA. L’esprit participatif, support d’une dynamique vertueuse (1 à 249 salariés)
  • Ex-aeco APF Industrie La transformation digitale pour tous (entre 250 et 5 000 salariés)
  • Ex-aeco Veolia Centre-Est ose un modèle « GLocal » (entre 250 et 5 000 salariés)
  • Le groupe Engie imagine 2030, via l’intelligence collective (+ de 5 000 salariés)

Le développement des parties prenantes

  • Cover Dressing œuvre au « Bien à Porter » (1 à 249 salariés)
  • Vals du Dauphiné impulse le dispositif LIBERTE (250 à 5 000 salariés)
  • Socota. Un modèle industriel pacifié (+ de 5 000 salariés)

Prix spécial du jury

  • L’Institut de l’Engagement. Un tremplin citoyen vers la formation et l’emploi (1 à 249 salariés)

Focus sur les projets

Le développement de la personne

La Ville de Kingersheim. Un laboratoire de la bienveillance
1 à 249 salariés

Kingersheim est une commune de 13 000 habitants de la banlieue de Mulhouse, dans le département du Haut-Rhin en région Grand-Est (Alsace). Son maire, Jo Spiegel, s’est interrogé sur la meilleure façon d’associer les citoyens aux décisions et aux projets communs, porteurs de sens.
Le projet Happy-Culteur, imaginé par la Ville de Kingersheim, adresse en première intention les agents de la collectivité. Ce laboratoire de la bienveillance vise à apporter aux employés de la Ville de Kingersheim des outils concrets, favorisant la paix intérieure, comme la pratique de la pleine conscience, le développement de l’intelligence émotionnelle et de la psychologie positive. La finalité est de diffuser la bienveillance dans les relations avec les citoyens, les institutions, les associations et autres partenaires. La méthodologie ? Proposer un cycle de huit séances d’initiation à la pratique de la pleine conscience et de l’intelligence émotionnelle ; réaliser des vidéos pédagogiques sur ces thématiques ; animer des ateliers-conférences ; mettre à disposition des ressources (livres, vidéos…) et créer un forum ouvert pour diffuser l’ensemble de ces ressources.

GSF Propreté. Une formation à la nutrition/santé
Plus de 5 000 salariés

Groupe français indépendant, GSF Propreté conçoit et met en œuvre des solutions performantes pour garantir la propreté et l’hygiène des espaces de travail, de vente, de production, de santé, de loisirs et de transports de plus de 6 000 clients, en France et à l’international. 3 % de la masse salariale est allouée à la formation. 
Pour pallier les risques d’accidents du travail et améliorer les conditions d’exercice de 34 067 collaborateurs du groupe, GSF a décidé d’entreprendre une démarche d’éveil à la santé sur le lieu de travail, à travers une préparation physique et nutritionnelle de ses employés. Analyse des causes d’accidents, avec les différents responsables de sites (santé, sécurité), recherches et préconisations de solutions avec des médecins, sophrologues… L’ambition du programme est d’optimiser l’organisation du travail sur site, de concert avec les salariés, les professionnels de santé et les instances régionales du groupe. L’enjeu, à terme, est de déployer ces initiatives à l’échelle du groupe et de ses filiales. D’ores et déjà, les clients se sont associés à cette démarche.

Le développement des relations et/ou du management

ALMA. L’esprit participatif, support d’une dynamique vertueuse
1 à 249 salariés

Alma est une société coopérative, détenue à 100 % par ses salariés – une centaine de collaborateurs. La scop réalise 10 M€ de CA annuel, dont 20 % sont injectés dans la R&D. Créée en 1979, à Grenoble, l’entreprise est investie dans quatre métiers de l’informatique, à haute valeur ajoutée. Elle est ancrée à l’international, via ses filiales et son réseau de distribution.

Depuis près de 40 ans, l’entreprise mise sur les valeurs du management participatif. Alma s’est structurée autour de business units autonomes – les scopettes –, tout en maintenant une gouvernance transversale et en cultivant un esprit coopératif vivace. Tous les trois ans, au sein de chaque scopette, Alma procède au processus ElVa : pour Elaboration/Validation. Cette démarche d’amélioration continue permet d’impliquer les équipes sur le volet stratégique, puis dans la mise en place opérationnelle. A échéance de cinq ans, Alma a l’ambition de transposer le processus ElVa à l’échelle de l’entité globale, en France et dans ses filiales, et de l’appliquer à l’équipe de dirigeants, intégrant le conseil d’administration et la direction générale.

250 à 5 000 salariés (Deux lauréats execo)

APF Industrie. La transformation digitale pour tous

Sous-traitance industrielle, transport des personnes à mobilité réduite ou non, propreté, facility management, conciergerie et autres services d’entreprises… APF Industrie est une entreprise adaptée de 150 collaborateurs, située à Echirolles.

L’association est consciente de l’enjeu de gagner en valeur ajoutée dans l’ensemble de ses métiers. La montée en compétences numériques, le gain en autonomie, en employabilité et en qualité de vie au travail pour tous, sont des conditions sine qua non. Le projet d’APF Industrie consiste donc à transformer ses métiers grâce au numérique. Son objectif est de réduire la fracture numérique, en intégrant des solutions digitales dans toutes les activités de l’entreprise. L’ambition est la maîtrise des outils digitaux par l’ensemble des collaborateurs, à tous les niveaux hiérarchiques et pour chaque profil de postes. Le projet de digitalisation devrait s’échelonner de juin 2019 à juin 2021.

Veolia Centre-Est ose un modèle « GLocal »

Présent sur les cinq continents, Veolia conçoit et déploie des solutions durables pour la gestion optimisée de l’eau, des déchets et de l’énergie. Veolia Eau France, la branche dédiée à la gestion de l’eau, est organisée en neuf régions, dont la région Centre-Est qui porte le projet d’une entreprise « GLocale ».

L’idée ? Gagner en proximité en créant des « quasi PME » autonomes sur 67 territoires. Ces territoires deviennent la pierre angulaire de l’organisation. Un seul directeur par entité territoriale ; moins de hiérarchie ; plus de transversalité et de travail collaboratif, proche du terrain… Pour ce faire, Veolia Eau France a lancé le programme « Osons l’entreprise joyeuse », fondé sur le concept de la pyramide inversée et le principe de subsidiarité. Dans cette logique, l’entreprise a créé un groupe de « sponsors du changement », visant à relayer les bonnes pratiques et les nouvelles postures managériales, à tous les niveaux de l’entreprise.

Le groupe Engie imagine 2030, via l’intelligence collective
Plus  de 5 000 salariés

Groupe mondial référent dans l’énergie bas carbone, Engie table sur le leadership mondial de la transition zéro carbone, en particulier pour les entreprises et les collectivités territoriales.
Engie entend faire de l’intelligence collective le levier de la mobilisation de ses écosystèmes internes et externes. Afin de mobiliser ses 160 000 collaborateurs, ses clients, ses partenaires et la société civile, Engie a déployé le dispositif « Imagine 2030 », via une grande consultation-action. L’objectif ? Sonder ces publics et les associer à la compréhension des besoins émergents pour ajuster son offre. En 2018, 25 000 contributions ont nourri une plate-forme numérique d’Intelligence Artificielle, permettant d’analyser toutes les propositions en dix langues. Déjà, Engie avait lancé des « Engie Lab » ouverts, permettant à des salariés de partager leurs convictions et leurs idées sur la société de demain. Engie se propose donc de saisir ces nouveaux outils digitaux et d’IA, afin d’associer des milliers d’individus et ses collaborateurs aux réflexions stratégiques du groupe, instaurant ainsi une nouvelle forme de participation.

Le développement des parties prenantes

Cover Dressing œuvre au « Bien à Porter »
Plus de 1 à 249 salariés

La start-up associative Cover Dressing, au Havre, développe une expertise visant à comprendre les modalités d’habillage des personnes concernées par des limitations fonctionnelles, liées à l’âge, la maladie, au handicap… pour accroître l’ergonomie des vêtements de prêt-à-porter existants. Il s’agit bien d’œuvrer à l’inclusion sociale et de réduire les inégalités d’accès vestimentaire.

Cover Dressing, via ses workshops modélisés, adossés aux outils numériques, vise à mobiliser toutes les parties prenantes de la chaine de valeur de la filière de la mode, et les professionnels de santé. La sensibilisation a été amorcée en 2018 avec 48 accompagnements de shopping spécialisés, six ateliers habillage/habillement en centre de rééducation fonctionnelle ; six ateliers thématiques en centres commerciaux, un défilé de mode Bien à Porter… Les prochaines étapes ? Consolider et pérenniser cette action, en développant des partenariats avec les marques et les groupes de prêt-à-porter ; poursuivre la R&D sur le volet médical ; développer une communauté de bénéficiaires via un site communautaire et travailler à la notoriété du « Bien à Porter ».

Vals du Dauphiné impulse le dispositif LIBERTE
Plus de 250 à 5 000 salariés

Une communauté de communes – Les Vals du Dauphiné –, l’Etat – la sous-préfecture de La Tour-du-Pin –, une représentation patronale locale, le GICOB – Groupement interprofessionnel de coordination, réunissant plus de 300 entreprises du Nord-Isère, et des entreprises locales, se sont fédérés pour porter une dynamique de pacification sur l’ensemble du territoire. Objectif : accroître son attractivité.

La créativité, l’intelligence collective, la bienveillance, la confiance et le droit à l’erreur sont les valeurs portées par le dispositif LIBERTE – Laboratoire d’Innovation pour le Bien-être au travail, le rayonnement territorial l’Epanouissement des parties prenantes. Dans une perspective durable, les collectivités se proposent d’accompagner les entreprises dans une démarche vertueuse ; les entreprises mettront en œuvre des moyens de nature à favoriser le bien-être des salariés et se mettront au service du bien commun ; l’Etat accompagnera et soutiendra ces initiatives vertueuses. Dès 2020, le modèle devrait être dupliqué aux communautés d’agglomérations voisines.

Le groupe Socota. Un modèle industriel pacifié
Plus de 5 000 salariés

Créée en 1930, la division textile et habillement du groupe Socota, à Madagascar, emploie plus de 7 000 personnes. Au début des années 1990, l’entreprise a lancé une stratégie de transformation industrielle, opérant une réorientation de son appareil industriel du marché intérieur malgache vers les marchés internationaux : Afrique du Sud, Europe et Etats-Unis. L’entreprise intègre la fabrication de tissus et de vêtements, avec une offre de design et de services associés.

Socota représente une initiative sans précédent en Afrique Subsaharienne, alliant la compétitivité, la durabilité et la création d’emplois. L’axe de ce redéploiement est le système de valeur qui est parvenu à aligner l’organisation autour de la satisfaction du client – grandes enseignes internationales. Une politique active de développement des ressources humaines a permis de créer une adhésion forte autour de ces valeurs. Enfin, les investissements dans les valeurs sociales et environnementales ont contribué à la motivation des salariés. L’enjeu de Socota est de pérenniser son modèle dans un environnement international transformé.

Prix spécial du jury

L’Institut de l’Engagement. Un tremplin citoyen vers la formation et l’emploi
De 1 à 249 salariés

Créé en 2012, l’Institut de l’Engagement permet aux jeunes, qui ont révélé leur potentiel dans une période d’engagement citoyen, de se construire un avenir. Sa vocation est de promouvoir l’engagement de ses « lauréats » auprès d’écoles, d’employeurs et d’incubateurs. L’initiative leur permet ainsi de s’affranchir des barrières académiques, culturelles, sociales et financières. Avec un budget de 3,2 M€, l’association est exclusivement financée par des dons et subventions, dont 85 % proviennent du secteur privé.

2 000 bénévoles, dont l’action est confortée par un réseau de 350 partenaires – établissements de formations, entreprises, fondations, associations, collectivités –, œuvrent à un accompagnement professionnel, au parrainage et au soutien financier individualisé. Pour poursuivre sa mission, l’Institut de l’Engagement nécessite de convaincre toujours plus de partenaires sociaux-économiques, à l’échelon local, dans différents domaines d’activités, afin d’œuvrer avec eux à changer les pratiques dans une logique vertueuse. D’ores et déjà, 13 500 jeunes ont été accompagnés ; 3 600 ont suivi un programme complet, et depuis 2016, 700 nouveaux lauréats citoyens sont mobilisés chaque année.

Retrouvez toutes les informations sur les trophées de la Paix économique sur le site de la Chaire

Cela pourrait vous intéresser

  • Chaire Territoires en transition : déjà trois axes  de recherche et une filière d’enseignement
    Publié le 22 Juillet 2019

    Chaire Territoires en transition : déjà trois axes de recherche et une filière d’enseignement

    Créée début 2019 avec le soutien de la Fondation GEM et de partenaires, la chaire Territoires en transition (TET) a défini trois axes de travail et mis en place une filière d’enseignement en troisième année du programme Grande École de GEM....

  • Publié le 27 Juin 2019

    Sujets sociétaux : l'engagement et les actions de Grenoble Ecole de Management

    L’engagement et les actions de GEM dans 4 causes issues des Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU : Education pour tous (odd 4) ; Lutte contre les inégalités hommes / femmes (odd 5) ; RSE...

  • Grenoble : un temps d’avance avec la chaire Territoires en transition
    Publié le 15 Avril 2019

    Grenoble : un temps d’avance avec la chaire Territoires en transition

    La chaire Territoires en transition vise à produire les connaissances et créer les synergies qui permettront de concilier technologie et transition écologique. Grenoble est ville pilote.

  • The first Economic Peace Trophies will be awarded on May 14th, 2019 in Grenoble.
    Publié le 15 Avril 2019

    La Paix économique à l’honneur à Grenoble

    Le 14 mai 2019, Grenoble Ecole de Management mobilise ses partenaires autour de la paix économique avec des ateliers, une table ronde et la soirée de remise des Trophées de la Paix économique.

  • Quels sens dans le numérique ? Les méthodes pour réinventer le marketing sensoriel en contexte digital
    Publié le 09 Avril 2019

    Guide : marketing sensoriel et numérique

    Grenoble Ecole de Management, via sa chaire «Talents de la transformation digitale» publie un guide qui permettra aux professionnels du marketing de reconsidérer la question des sens dans un environnement numérique. Musique, odeurs, éclairages...

  • Federico Pigni a propos de Digital Twins dans une interview accordée au canal Xerfi.
    Publié le 14 Février 2019

    Qu'est-ce que les Digital Twins ou Jumeaux Numériques?

    Quelles sont les opportunités apportées par les Digital Twins ? En quoi consistent ces simulations virtuelles sur mesure très spécifiques ? Qu’est ce qui les différencie de l’auto-apprentissage que l’on retrouve dans l'intelligence artificielle ?

  • Transformation digitale : « La chaire, c’est de la valeur ajoutée  pour nos RH et notre marketing
    Publié le 04 Février 2019

    Chaire Talents de la Transformation digitale : de la valeur ajoutée pour les rh et le marketing

    Mécène depuis 2013 de la chaire Talents de la transformation digitale*, Orange y puise de nouvelles connaissances sur notre comportement face au monde numérique. Une démarche qui complète ses efforts de R...

  • Baromètre du Marché de l’Énergie – Hiver 2018 : blockchain
    Publié le 31 Janvier 2019

    Baromètre du Marché de l’Énergie Hiver 2018

    Cette édition de l’hiver 2018 du Baromètre du Marché de l’Energie de Grenoble Ecole de Management (GEM) sonde l’opinion des experts français de l’énergie sur le rôle de la technologie Blockchain au sein du secteur énergétique français. Les experts...

  • Les business models de l’innovation sociale, avec Caroline Gauthier et Thibault Daudigeos
    Publié le 29 Janvier 2019

    Les business models de l’innovation sociale, avec Caroline Gauthier et Thibault Daudigeos

    Caroline Gauthier et Thibault Daudigeos, ont étés reçus par Xerfi Canal pour parler des business models des entrepreneurs sociaux.

  • Grenoble Ecole de Management lance la Chaire « Territoires en transition, vers de nouveaux services aux citoyens
    Publié le 29 Janvier 2019

    Lancement de la Chaire Territoires en transition, vers de nouveaux services aux citoyens

    Grenoble Ecole de Management a lancé la Chaire « Territoires en Transition, vers de nouveaux services aux citoyens » en présence de ses partenaires, le vendredi 18 janvier 2018.

  • Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail
    Publié le 08 Janvier 2019

    Paix économique : comment passer de l’utopie à la réalité ?

    Dominique Steiler a été reçu par Xerfi Canal pour parler de la Paix Economique.

  • Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail
    Publié le 15 Octobre 2018

    Les Trophées de la Paix économique : récompenser les entreprises pionnières

    En mai 2019, l’initiative mettra à l’honneur les actions de terrain qui expérimentent un changement de modèle dans les organisations pour tendre vers la Paix économique.

  • Rüling Charles-Clemens, Professor at Grenoble Ecole de Management
    Publié le 20 Novembre 2017

    Santé : La chaire « Public Trust in Health » questionne la confiance

    En septembre dernier, Grenoble Ecole de Management a lancé une nouvelle chaire de recherche, « Public Trust in Health », dans le cadre de la Fondation GEM, School for business and for society. Créée avec le soutien institutionnel de Bristol-Myers...

  • indicateurs de bien-être et de richesses soutenables
    Publié le 08 Novembre 2017

    Quels indicateurs pour un bien-être soutenable ?

    IBEST décrypte les indicateurs de bien-être et de richesses soutenables bénéfiques à tous, et révèle les richesses du territoire de la métropole grenobloise.

  • Publié le 26 Octobre 2017

    Travail : la pause s'impose

    Les questions d’attention et de concentration au travail sont primordiales, à la fois pour la performance et pour le bien-être des salariés. Plus les tâches à effectuer sont longues et complexes, plus nous « consommons » de l’attention. Au fur et à...

  • Publié le 13 Octobre 2017

    L’entrepreneuriat : une affaire de famille ?

    Quels sont les facteurs qui favorisent la réussite entrepreneuriale ? Existe-t-il des facteurs génétiques ? Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE et Benjamin Powers tentent dans leur nouvel article de the Conversation. Ils illustrent leur...

  • Dominique Steiler propose de mettre l’entreprise au service de la cité
    Publié le 14 Septembre 2017

    Et si l’économie de marché contribuait au mieux-être de la cité ?

    « Osons la Paix économique » déconstruit le paradigme selon lequel l’homme est un loup pour l’homme, et réhabilite les valeurs de coopération en entreprise.

  • La nouvelle chaire de recherche Anosmie, rendre visible l’invisible identifiera de nouveaux business models en lien avec les biotechnologies pour les anosmiques
    Publié le 04 Juillet 2017

    Maladie Anosmie : une chaire pour sensibiliser le grand public

    La nouvelle chaire de recherche Anosmie, rendre visible l’invisible identifiera de nouveaux business models en lien avec les biotechnologies pour les anosmiques

  • La sursollicitation numérique se caractérise par le trop grand nombre d'informations numériques qui nous assaillent
    Publié le 23 Juin 2017

    Halte à la sursollicitation numérique : guide pratique

    La sursollicitation numérique se caractérise par le trop grand nombre d'informations numériques qui nous assaillent : au travail, dans la vie de tous les jours, lors des loisirs, etc. De cette sursollicitation, qui est devenue quasiment permanente...

  • Publié le 16 Juin 2017

    L'entrepreneuriat est-il genré ?

    Les études montrent que de nombreux entrepreneurs sociaux sont des femmes. Doit-on pour autant en conclure que l’entrepreneuriat social est réservé aux femmes ? Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE tente de répondre dans son nouvel...

  • Publié le 16 Juin 2017

    Journée rencontre SOS ANOSMIE

    Une journée " Infos-Rencontres" est organisée à Paris par l'Association Française pour l'Anosmie et l'Agueusie (A.F.A.A. SOS Anosmie) et aura lieu le samedi 24 juin de 10:00 à 18:00, à l'hôtel Miramar Montparnasse, 6 place Bienvenue (à 100 m de la...

  • Publié le 16 Juin 2017

    Journée rencontre SOS ANOSMIE

    Une journée " Infos-Rencontres" est organisée à Paris par l'Association Française pour l'Anosmie et l'Agueusie (A.F.A.A. SOS Anosmie). Elle aura lieu le samedi 24 juin de 10:00 à 18:00, à l'hôtel Miramar Montparnasse, 6 place Bienvenue (à 100 m de...

  • Publié le 15 Mai 2017

    Paix économique : comment conjurer la peur face à l'Histoire ?

    Parlant de paix économique, en 1935, l’économiste Henri Hauser s’inquiétait de la présence de certains signes précurseurs de la guerre : la montée en puissance de l’extrême droite et du populisme en Europe, la volonté de fermeture des frontières et...

  • Renaud Cornu-Emieux, responsable de la Chaire Talents de la transformation digitale, et enseignant-chercheur à GEM
    Publié le 10 Mai 2017

    Le digital : un frein ou un atout pour les RH ?

    DRH, DSI et direction marketing doivent interagir pour construire un projet de transformation numérique, à partir d’un modèle de management agile, en réseau

  • Publié le 03 Mai 2017

    Comment financer l’entrepreneuriat féminin ?

    Les banques et assurances semblent désormais s’intéresser à l’entrepreneuriat féminin en tant cible à part entière. Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE analyse l’évolution de la relation entre femmes entrepreneures et financeurs.

  • Publié le 30 Mars 2017

    Qu’est-ce que l’exemplarité?

    On attend d’un leader qu’il donne l’exemple, qu’il soit irréprochable. Dans son nouvel article Dominique Steiler montre la confusion entre exemplarité et exemplarisme. Plutôt que d’être parfait il prône le développement d’une « intention éthique ».

  • Publié le 27 Mars 2017

    Peut-on mesurer le bien-être ?

    Fiona Ottaviani souligne l’usage pathologique des indicateurs et la frénésie de vouloir tout quantifier dans son article de The Conversation. Elle préconise la mise en place d’indicateurs avant tout opérationnels.

  • Publié le 21 Mars 2017

    Quand le smartphone brouille la communication

    Le smartphone est devenu incontournable. Peut-on s’en passer ? En quoi a-t-il modifié notre façon de communiquer ? Raffi Duymedjian et Isabelle Ne tentent de répondre dans leur article de The Conversation.

  • Publié le 22 Février 2017

    Essence et sens : faire la Paix Economique

    En écrivant et en partageant nos vues sur la paix économique, nous rencontrons certaines résistances. Parmi elles, l’alternance très classique entre une critique d’utopie lorsque nous parlons des grandes idées ou des élans qui nous animent et de...

  • Publié le 06 Février 2017

    En pleine conscience ...d'éduquer !

    Pour avancer vers une société plus apaisée, il semble nécessaire de repenser entièrement le rôle de notre système d’éducation. J’apprécie au plus haut point la philosophie de l’« Education act » mis en place par la Finlande qui cherche à former des...

  • Publié le 25 Novembre 2016

    Qui est le Lifestyle Entrepreneur ?

    Le lifestyle entrepreneur adapte son activité à son mode de vie Ce type d’entrepreneuriat se développe de plus en plus grâce à l’économie digitale. Séverine le Loarne analyse le nouveau rapport au travail qui en découle dans sa chronique...

  • Publié le 22 Novembre 2016

    Anosmie: comment vivre sans odorat ?

    L’anosmie se caractérise par la perte totale ou partielle de l’odorat, environ 5% de la population est touchée. Il n’existe encore pas de traitement fiable .Comment aider les anosmiques et faire reconnaître ce handicap invisible ? Ce sont les...

  • Publié le 04 Novembre 2016

    L’innovation intensive : une stratégie à bout de souffle

    Les déboires de Samsung montrent les limites de la stratégie de compétition par l’innovation intensive. Séverine Le Loarne préconise comme alternative la stratégie du SAV pour laisser le temps aux entreprises de lancer de vraies innovations.

  • Publié le 27 Octobre 2016

    Comment intégrer les femmes entrepreneurs dans les réseaux professionnels ?

    La place des femmes dans les réseaux mixtes et féminins, c’est le sujet de l’article de Séverine Le Loarne et Mark Smith. Pour illustrer leur propos ils s’appuient sur des recherches réalisées pour Réseau Entreprendre et la Commission européenne.

  • Publié le 03 Octobre 2016

    Le leadership au féminin

    D’après une étude menée en 2014 les femmes sont plus inventives mais moins entendues que les hommes. Fort de ce constat Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE s’interroge sur l’intégration des filles dans le système éducatif.

  • Publié le 21 Avril 2016

    Génération Y au sein de l'entreprise et pédagogie : où en est-on ?

    Le sujet des générations Y/Z suscite un intérêt croissant en entreprise, où il vient « rafraîchir » des thèmes plus anciens tels que le management intergénérationnel, la reconnaissance, l’exemplarité ou encore la marque employeur. En tant que...

  • Publié le 23 Mars 2016

    2016 : Femmes et économie font-elles bon ménage ?

    Séverine Le Loarne, titulaire de la Chaire FERE et Mark Smith, publient une tribune sur l’évolution de la place des femmes dans l’économie depuis 40 ans. La parité est encore loin d’être acquise, mais les femmes entrepreneures disposent d’atouts...

  • Publié le 18 Février 2016

    Femmes et renouveau économique : Grenoble Ecole de Management et Le réseau Les Pionnières créent la Chaire « FERE »

    Le renouveau économique fait partie des défis majeurs que doit relever la France au 21e Siècle. Les femmes peuvent y contribuer mais avec quel modèle entrepreneurial ? Comment les accompagner dans cette démarche ? Tel est l'objet de cette nouvelle...