Vous êtes ici

Taux d’imposition mondial des sociétés à 15 % : « un accord a minima »

Grégory Vanel, docteur en économie internationale et professeur à Grenoble Ecole de Management, explique pourquoi le taux d’imposition mondial des sociétés à 15 % constitue « un accord a minima ».
Publié le
08 Juillet 2021

En juin dernier, les pays membres du G7 ont signé un accord, qualifié d’historique, visant à instaurer un taux d’imposition plancher sur les sociétés, fixé à 15 %. L’objectif ? Contrer l’optimisation fiscale des groupes transfrontaliers. Cet accord a minima constitue toutefois un pas sans précédent en matière de lutte contre la fraude fiscale. Quels en sont les enjeux ?

Entretien avec Grégory Vanel, docteur en économie internationale et professeur à Grenoble Ecole de Management.

Pour dresser les enjeux de l'évasion fiscale, vous pointez le phénomène de « distorsion de la concurrence, qui se fait sur le dos des petites entreprises ». Pouvez-vous préciser ?

Aujourd'hui, une partie de la charge fiscale qui n'est pas payée par les grands groupes, pèse sur la fiscalité des petites entreprises (et bien sûr des ménages) ; ceci, du fait d'un mécanisme qui vise à compenser partiellement le manque à gagner pour les Etats. Ainsi, aux Etats-Unis, des recherches universitaires relèvent que chaque entreprise de moins de 100 salariés paie 647 dollars d'impôt de plus par an… du fait d'une distorsion de la concurrence de l'impôt sur les sociétés. Les petites entreprises n'ont pas les moyens de se faire conseiller par les virtuoses de l'optimisation fiscale, et en paient donc le prix fort.

En quoi cet accord du G7 constitue-t-il une avancée en matière de lutte contre la fraude fiscale ?

Pour contextualiser, depuis environ 15 ans, la lutte contre la fraude fiscale s'est intensifiée au sein des pays de l'OCDE – « le club des riches ». Ce forum, constitué de 39 pays membres, a œuvré dans le but d'éviter la concurrence fiscale déloyale.

Aujourd'hui, ce consensus semble nouveau pour trois raisons. La première est politique : on assiste en effet à un basculement de la part des Etats-Unis, qui prennent le leadership sur cette question. Cette proposition signe la reprise en main politique d'une question qui, jusque-là, était traitée sous un angle technique.

C'est ensuite un sujet d'interprétation. Pour la première fois, on reconnait en droit international l'existence des firmes transnationales. C'est une avancée juridique : les firmes internationales deviennent ainsi des sujets de droit en termes de fiscalité puisque l'on prend en compte leur activité consolidée au plan mondial.

Le troisième point est paradoxal : en reconnaissant ces pratiques fiscales transnationales, on annihile une partie des stratégies d'optimisation fiscales mises en place par ces firmes internationales. Pourquoi ? Parce qu'une partie seulement des bénéfices seront taxés à un taux harmonisé égal à 15 %. Ce qui est un taux très bas ! C'est donc un accord a minima, et le risque principal est d'aboutir à un moins disant fiscal…

on assiste à un basculement de la part des Etats-Unis, qui prennent le leadership sur cette question

Concrètement, que devrait changer cet accord conclu « a minima » ?

Cela constitue un accord symbolique. Il existe une impulsion politique… qui émane des Etats-Unis. Dans tous les cas, cet accord devra être ratifié par le G20 qui, soulignons-le, inclut la Chine. Ensuite, l'accord devra être approuvé par les 39 pays membres de l'OCDE, ce qui n'est pas simple. Il est possible d'entrevoir une échéance à 2023. Mais, en réalité, je fais le pari de l'abandon du projet rapidement…

Quelles sont vos réserves ?

Il existe un jeu trouble du côté des Etats-Unis. Joe Biden avait initialement évoqué un taux d'imposition minimum sur les sociétés de 28 %. Soit, au total, 36 % en incluant les taxes locales. Au final, l'accord, porté notamment par Emmanuel Macron, a été conclu à 15 %. A titre d'exemple, un taux à 15 % rapporterait entre 5 et 7 milliards d'euros annuels à la France, alors qu'un taux à 25 % rapporterait 26 milliards d'euros. Il s'agit donc là d'un premier pas !

Au plan macro-économique, le véritable point d'achoppement reste donc le taux d'imposition. Même si ce taux s'avérait plus élevé, les pratiques d'optimisation fiscales ne s'arrêteront pas de sitôt. Pourquoi ? Parce que les « éclairagistes » – en référence à mon article dans The Conversation – soit, les grandes banques internationales et les compagnies d'audit, au premier rang desquelles les Big Four, continueront d'offrir certains dispositifs fiscaux à leurs clients en parfaite légalité, qui permettront de pérenniser l'optimisation fiscale. Par ailleurs, l'opacité financière, en tant que telle, constitue la clé de voûte du système capitaliste. En effet, pour disposer de cash et investir, l'opacité doit perdurer…

L'alternative permettant de lever cette opacité ou ce « clair-obscur » financier pourrait être de taxer les capitaux à la frontière, mais j'en doute fortement… Cet accord constitue donc une tentative de réponse à l'optimisation fiscale. En Europe, par exemple, le véritable risque, inhérent à cet accord fixé à 15 %, est que le taux d'imposition des pays baisse au niveau des taux pratiqués en Irlande, en Hongrie et en Suisse…

Cela pourrait vous intéresser

  • al-amoudi
    Publié le 18 Février 2021

    Vidéos : les risques de dérive techno-totalitaires de l’entreprise numérique

    Une intervention de Ismael Al-Amoudi dans le cadre du partenariat avec Xerfi Canal. Dans ce début de 21ème Siècle, nous sommes témoins des risques pour l’entreprise numérique de s’engager sur un chemin quasi totalitaire.

  • Société : quels changements à travers l’expérience du Covid-19 ?
    Publié le 05 Mai 2020

    Société : quels changements à travers l’expérience du Covid-19 ?

    Une enquête qualitative inédite, conduite à l’échelle internationale, mesure l’impact de « l’autre » sur la perception de notre propre expérience. Au 30 avril 2020, plus de 15 pays ont déjà participé, soit 83 personnes.

  • Publié le 16 Mars 2020

    Impact of the coronavirus on the global economy

    According to the figures from mid-March, Covid-19 counted approximately 239,000 infected people and over 9,900 deaths worldwide*. The epidemic has accentuated the uncertainties that exist around the globe. What is the primary impact of the epidemic...

  • Publié le 16 Mars 2020

    L’impact du coronavirus sur l’économie mondiale

    La Chine puis maintenant l’ensemble du monde tente de lutter contre la propagation du Covid-19. Nombreux sont les pays à déclarer l’état d’urgence et à mettre leur économie à l’arrêt. A ce jour, quelles sont les principales retombées de l’épidémie,...

  • Marcos Barros
    Publié le 18 Novembre 2019

    Réseaux sociaux. Comment créer un espace propice au débat démocratique ?

    Les réseaux sociaux laissent libre cours aux dissensions et à la critique individuelle. Comment les organisations peuvent-elles s’en saisir et impulser une dynamique critique favorable ?

  • Gérer le deuil et la compassion dans le milieu professionnel
    Publié le 18 Novembre 2019

    Gérer le deuil et la compassion dans le milieu professionnel

    Comment les managers devraient-ils réagir face à la perte d’un collaborateur ? Comment peuvent-ils offrir un soutien aux membres de l’équipe en deuil ? Focus sur le management compassionnel.

  • les festivals s’apparentent tout à la fois aux rituels d’antan, mais intègrent toujours une part de contestation. Analyse d’un subtil cocktail de conformisme et de militantisme…
    Publié le 16 Juillet 2019

    Festivals: combining conservative and anti-establishment dynamics

    Festivals may be short-lived events, but they have become important social institutions that combine conformism and contestation.

  • les festivals s’apparentent tout à la fois aux rituels d’antan, mais intègrent toujours une part de contestation. Analyse d’un subtil cocktail de conformisme et de militantisme…
    Publié le 16 Juillet 2019

    Les festivals : un ressort ou un frein à la critique et la contestation ?

    Locaux, nationaux ou internationaux, les festivals sont en pleine croissance. Ces véritables institutions sociales ont la principale caractéristique d’être éphémères. En mobilisant énergies et ressources, les festivals s’apparentent tout à la fois...

  • Gazi Islam, chercheur à Grenoble Ecole de Management
    Publié le 20 Mai 2019

    Sarcasme et ironie : les nouvelles formes de résistance au travail

    Une recherche, portant sur le lean management, a mis en exergue les formes de résistance au travail face au contrôle des équipes de production. Par extension, cette étude explique comment les collaborateurs contournent aujourd’hui les diktats...

  • Nathalie Belhoste est docteur en science politique et enseignant-chercheur à Grenoble Ecole de Management au sein du département Homme, Organisations et Société
    Publié le 15 Février 2019

    Implantation à l’international: focus sur des facteurs d’échec inattendus

    Certains « global managers », représentants d’une « élite globale », souvent issue des Grandes écoles, bloqueraient l’internationalisation d’une partie des PME et des petits entrepreneurs français.

  • Marcos Barros, professeur associé à Grenoble Ecole de Management, au sein du département Homme, Organisations et Société
    Publié le 19 Novembre 2018

    Industrie du funéraire au Québec : La victoire du pot de terre contre le pot de fer

    Grâce à un mouvement social et citoyen, une fédération de coopératives funéraires québécoises a redistribué les cartes de la concurrence sur un marché libéralisé.

  • Publié le 18 Octobre 2017

    Pourquoi les Français sont-ils pessimistes ?

    Le pessimisme au travail semble être un mal ancré dans la société. Pierre-Yves Sanseau et Hugues Poissonnier analysent les origines de ce mal-être et plaident pour un autre rapport à la valeur travail.

  • Publié le 15 Mai 2017

    Leaker, lanceur d'alerte....tous hackers ?

    Le 12 mai dernier, une cyberattaque massive a suscité l’inquiétude dans le monde entier. Mais les hackers rançonneurs ne sont pas les seuls à peupler la galaxie numérique. D’autres personnages comme les leakers et les lanceurs d’alerte (tel Chelsea...

  • Publié le 05 Mai 2017

    Quelles solutions pour réduire l’emploi précaire ?

    Pourquoi le taux de chômage des jeunes est si élevé ? C’est l’objet des recherches que Mark Smith mène dans le cadre du projet STYLE. Dans son nouvel article de The Conversation Mark Smith il traite de l’emploi précaire.

  • Publié le 13 Avril 2017

    Comment faire d'une faiblesse une source de source de créativité ?

    Au travers d'exemples divers parmi lesquels celui de Célestin Freinet, Raffi Duymedjian montre dans son nouvel article comment une situation difficile peut devenir un atout, une source de créativité.

  • Publié le 06 Février 2017

    En pleine conscience ...d'éduquer !

    Pour avancer vers une société plus apaisée, il semble nécessaire de repenser entièrement le rôle de notre système d’éducation. J’apprécie au plus haut point la philosophie de l’« Education act » mis en place par la Finlande qui cherche à former des...

  • Publié le 24 Janvier 2017

    Qu'est-ce que le revenu universel ?

    La mise en place d’un revenu universel fait débat dans la société. Mark Smith analyse les tenants et aboutissants de ce revenu sur la perception de l’économie et du travail dans une nouvelle tribune de The Conversation.

  • Publié le 23 Janvier 2017

    Agnotology : the study of ignorance

    Agnotology studies the spread of ignorance. Janna Rose and Marcos Barros analyze the intentional production of ignorance. They discuss how ignorance can be used as a strategic tool in their TheConversation Global’s article.

  • Publié le 06 Décembre 2016

    Uberization Can Also Mean Destruction

    An entire portion of the sharing economy is enabled by “uberized” work forces. Unfortunately, the reality behind uberized work is in fact Taylorism 2.0! We speak with Thibault Daudigeos and Vincent Pasquier who highlight the limits of the sharing...

  • Publié le 06 Décembre 2016

    L’uberisation est également une force destructrice

    Un pan de l’économie dite “collaborative” est porteur d’une uberisation du travail. Or, la réalité de la plupart des emplois uberisés, c’est surtout celle d’un taylorisme 2.0 ! Thibault Daudigeos, professeur associé au Département Hommes,...

  • Research: the impact of performance evaluations on an individual's network.
    Publié le 22 Avril 2016

    Research: Positive Performance Evaluations Help Employees Develop Internal Networks

    Interactions are an essential part of any organization. Whether it is receiving help from colleagues or gaining access to crucial information, developing a strong internal network makes it easier for an employee to get things done. This latest study...

  • Research: the impact of performance evaluations on an individual's network.
    Publié le 22 Avril 2016

    Recherche : Les salariés reconnus font prospérer leur réseau interne

    Un salarié dont le niveau de performance est reconnu par ses managers étend son réseau de contacts au sein de son entreprise et l'exploite davantage. Dans le cas contraire, il réduit le nombre de ses contacts. C'est la conclusion d'une étude sur 150...

  • Publié le 03 Mars 2016

    Du cost-killer à l’acheteur intrapreneur, un nouveau métier

    Depuis les années 1990, les acheteurs sont souvent assimilés à des cost killers. Leur principale mission consisterait en effet à réduire au maximum les coûts des approvisionnements. À cette image négative est également associée une accusation forte...