Vous êtes ici

Sarcasme et ironie : les nouvelles formes de résistance au travail

Gazi Islam, chercheur à Grenoble Ecole de Management
Publié le
20 Mai 2019

Une recherche, portant sur le lean management, a mis en exergue les formes de résistance au travail face au contrôle des équipes de production. Par extension, cette étude explique comment les collaborateurs contournent aujourd’hui les diktats managériaux de l’économie participative, via le sarcasme et l’ironie.

En 2009, trois auteurs et contributeurs de cette étude, dont un professeur de l’Université de Manchester en Grande-Bretagne, ont passé sept mois, jour et nuit, sur le terrain en tant qu’opérateurs qualifiés dans une imprimerie de Manchester, au Nord de l’Angleterre. Gazi Islam, enseignant-chercheur en sciences des organisations, à Grenoble Ecole de Management, témoigne des résultats de cette recherche, et met en perspective les enjeux très actuels des manifestations subtiles de résistance au travail chez les collaborateurs.

Le lean management en question

L’implication et la mobilisation des hommes dans un processus normé, ont constitué les piliers du lean manufacturing, déployé par l’entreprise nippone Toyota dans les années 1980-1990. Le Lean management s’est vu déployé dans cette imprimerie, dont le modèle industriel était à l’époque en crise, et sujet à de profonds bouleversements.

A la clé, des règles simples, précises et visuelles, définissant l’enchainement des tâches des opérateurs, qui s’appuient sur un environnement de travail propre, rangé, sécurisé, gage de qualité et de productivité. « Un processus de lean management engage les collaborateurs dans le respect des délais et de la qualité totale, souligne Gazi Islam. Ce modèle organisationnel a fait la démonstration des effets délétères produits sur les salariés, soumis à plus de stress et de pression. »

Conjuguer l’histoire du lean management et les nouveaux modes de résistance

« L’idée centrale de notre étude est que chaque mode de résistance répond à la perception d’un mode de domination. En même temps, et en parallèle, » rappelle Gazi Islam.

Notre contribution sur le lean management a permis de théoriser les différents modes de résistance chez les opérateurs de l’imprimerie, selon trois classifications : le contrôle matériel, le contrôle idéologique et le contrôle fantaisiste.

  • Le mode de contrôle conventionnel, coercitif et matériel, suscite la résistance classique à travers la grève et la confrontation directe avec les managers.
  • Le mode de contrôle idéologique existe lorsque les dirigeants essaient de convaincre les salariés qu’il existe un système démocratique au sein de l’organisation, véhiculé par un discours humaniste. « Ce discours suscite un mode de résistance, qui s’appuie sur le dévoilement ou la démystification de cette rhétorique de contrôle, et non de vérité. »
  • Le mode de contrôle fantaisiste se fonde sur certaines techniques de management, qui se présentent sous un jour original, voire disruptif, alors qu’en réalité, il s’agit d’un mode de contrôle fallacieux, utilisant la fantaisie. Par exemple, les managers tentent de véhiculer une image sympathique du pouvoir, à travers des visuels du dirigeant présenté à l’effigie d’un cow-boy sur des posters dans l’entreprise. Cette imagerie invite les collaborateurs à l’empathie et à l’émotion, censées être suscitées par cette image fantaisiste.

Les images ne peuvent être démystifiées. Aussi, les collaborateurs adoptent-ils alors une posture de moquerie explicite face au pouvoir pour le déstabiliser.

La critique et la dérision contrecarrent les nouveaux modèles économiques

Point de coercition directe dans les nouveaux modèles économiques de type californien, où l’ubérisation et la précarisation règnent. Mais une pression psychosociale, visant le contrôle des comportements. « Au total, cette étude a permis de conjuguer l’histoire du Lean management et les nouvelles formes de résistance au travail. Aujourd’hui, les nouveaux modèles de management participatifs, fondés sur le travail collaboratif et l’autonomie de gestion, suscitent de nouvelles formes de résistance, plus subtiles, telles la critique, le cynisme et la dérision face à la domination perçue par les employés dans les organisations. Une culture et une rhétorique nouvelle émergent, qui permettent de faire face à cette déshumanisation, » conclut Gazi Islam.

Cela pourrait vous intéresser

  • Nathalie Belhoste est docteur en science politique et enseignant-chercheur à Grenoble Ecole de Management au sein du département Homme, Organisations et Société
    Publié le 15 Février 2019

    Implantation à l’international: focus sur des facteurs d’échec inattendus

    Certains « global managers », représentants d’une « élite globale », souvent issue des Grandes écoles, bloqueraient l’internationalisation d’une partie des PME et des petits entrepreneurs français.

  • Marcos Barros, professeur associé à Grenoble Ecole de Management, au sein du département Homme, Organisations et Société
    Publié le 19 Novembre 2018

    Industrie du funéraire au Québec : La victoire du pot de terre contre le pot de fer

    Grâce à un mouvement social et citoyen, une fédération de coopératives funéraires québécoises a redistribué les cartes de la concurrence sur un marché libéralisé.

  • Publié le 18 Octobre 2017

    Pourquoi les Français sont-ils pessimistes ?

    Le pessimisme au travail semble être un mal ancré dans la société. Pierre-Yves Sanseau et Hugues Poissonnier analysent les origines de ce mal-être et plaident pour un autre rapport à la valeur travail.

  • Publié le 15 Mai 2017

    Leaker, lanceur d'alerte....tous hackers ?

    Le 12 mai dernier, une cyberattaque massive a suscité l’inquiétude dans le monde entier. Mais les hackers rançonneurs ne sont pas les seuls à peupler la galaxie numérique. D’autres personnages comme les leakers et les lanceurs d’alerte (tel Chelsea...

  • Publié le 05 Mai 2017

    Quelles solutions pour réduire l’emploi précaire ?

    Pourquoi le taux de chômage des jeunes est si élevé ? C’est l’objet des recherches que Mark Smith mène dans le cadre du projet STYLE. Dans son nouvel article de The Conversation Mark Smith il traite de l’emploi précaire.

  • Publié le 13 Avril 2017

    Comment faire d'une faiblesse une source de source de créativité ?

    Au travers d'exemples divers parmi lesquels celui de Célestin Freinet, Raffi Duymedjian montre dans son nouvel article comment une situation difficile peut devenir un atout, une source de créativité.

  • Publié le 06 Février 2017

    En pleine conscience ...d'éduquer !

    Pour avancer vers une société plus apaisée, il semble nécessaire de repenser entièrement le rôle de notre système d’éducation. J’apprécie au plus haut point la philosophie de l’« Education act » mis en place par la Finlande qui cherche à former des...

  • Publié le 24 Janvier 2017

    Qu'est-ce que le revenu universel ?

    La mise en place d’un revenu universel fait débat dans la société. Mark Smith analyse les tenants et aboutissants de ce revenu sur la perception de l’économie et du travail dans une nouvelle tribune de The Conversation.

  • Research: the impact of performance evaluations on an individual's network.
    Publié le 22 Avril 2016

    Recherche : Les salariés reconnus font prospérer leur réseau interne

    Un salarié dont le niveau de performance est reconnu par ses managers étend son réseau de contacts au sein de son entreprise et l'exploite davantage. Dans le cas contraire, il réduit le nombre de ses contacts. C'est la conclusion d'une étude sur 150...

  • Publié le 03 Mars 2016

    Du cost-killer à l’acheteur intrapreneur, un nouveau métier

    Depuis les années 1990, les acheteurs sont souvent assimilés à des cost killers. Leur principale mission consisterait en effet à réduire au maximum les coûts des approvisionnements. À cette image négative est également associée une accusation forte...