Vous êtes ici

Marketing : produire durable, attention à la perception des consommateurs

Marketing: the Hidden Disadvantages of Sustainability and CSR
Publié le
22 Février 2018

Produits durables, écologiques, politiques de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), tous ces concepts sont généralement considérés comme une valeur ajoutée pour les entreprises. Pourtant, des recherches récentes mettent au jour un point clé : ces initiatives positives peuvent avoir des effets contre-productifs sur la perception de la qualité des produits par les consommateurs. Comment une entreprise doit-elle adapter son marketing ?

La recherche

Sumitro Banerjee and Robert Mai sont professeurs associés en marketing, à Grenoble Ecole de Management. Sumitro Banerjee témoigne des résultats de sa recherche portant sur les facteurs qui motivent une entreprise à investir dans une politique de développement durable, au regard de la qualité des produits. La recherche de Robert Mai explore quant à elle la perception des produits durables par les consommateurs. Et notamment, la perception implicite d’une moindre qualité associée à un produit durable.

Politique RSE : marché grand public contre qualité

« Il est généralement admis qu’une politique RSE est une bonne idée. Et nombre d’études prouvent qu’une politique de développement durable conduit à un gain de valeur ajoutée pour les entreprises. Toutefois, des questions subsistent : « Pourquoi la qualité d’un produit serait-elle plus forte du fait d’une politique RSE ? Et quel devrait être le niveau d’investissement d’une entreprise ? » questionne Sumitro Banerjee.

La qualité d’un produit est un bon indicateur du niveau de R&D et d’investissement. Aussi, Sumitro Banerjee a cherché à savoir quel est le retour sur investissement d’une politique RSE. « La réponse est qu’il est plus intéressant pour une entreprise qui produit des produits de qualité de continuer d’investir dans la qualité, alors que les entreprises positionnées sur le marché grand public ont tout intérêt à investir dans une politique RSE. »

Deux facteurs sous-tendent cette analyse. Tout d’abord, une politique de développement durable est, au final, payée par les consommateurs et par l’entreprise. Les entreprises qui génèrent une production de faible qualité, visant une consommation de masse, ont toutes les raisons économiques d’investir dans une politique RSE, simplement parce que les coûts et les avantages inhérents à une telle politique sont supportés par les consommateurs. Sumitro Banerjee explique ensuite que les consommateurs de produits haut de gamme considèrent qu’une politique de développement durable génère des coûts supplémentaires ; des coûts qui obligeraient une entreprise à sacrifier la qualité.

Produits durables : une image intrinsèquement négative

Robert Mai s’est par ailleurs intéressé à la perception des consommateurs, en particulier à la perception implicite et explicite des produits durables : « En termes de santé et de développement durable, les consommateurs prennent généralement des décisions irrationnelles. Ainsi, si on les interroge sur leur perception de ces sujets, ils auront tendance à préférer la santé et la durabilité des produits. Mais dans les faits, ils choisiront au final l’opposé ! »

L’une des études réalisées par Robert Mai a été conduite au sein d’un établissement hospitalier, où deux types de savons pour les mains ont été fournis. « Nous voulions comprendre dans quelle mesure les choix d’utilisation changeraient, si les individus étaient observés par les chercheurs de manière visible ou cachée. Ainsi, les personnes qui étaient ouvertement observées par les chercheurs tendaient à choisir le savon durable 30 % en plus que celles qui étaient observées de manière cachée.

Conclusion : les attentes sociales jouent un rôle essentiel dans nos prises de décision. Au même titre que l’étude de Sumitro Banerjee sur la RSE, nos recherches attestent que la perception implicitement négative des utilisateurs à l’égard des produits durables est particulièrement importante lorsque la qualité est intrinsèque au produit. Par exemple, les utilisateurs du savon d’un hôpital s'attendent à ce qu'il soit efficace et de qualité.

Robert Mai poursuit : « Notre recherche souligne le fait que la population générale conserve une idée tenace selon laquelle les produits durables pourraient être moins fiables, moins savoureux ou moins efficaces. Cette conviction induit des conséquences importantes sur une politique marketing puisque, spontanément, nous aurions tendance à mettre en avant l'aspect durable d'un produit. Pourtant, nos recherches illustrent que cette approche peut être contre-productive, en particulier sur le marché grand public. »

De l’importance de comprendre son marché

Les résultats produits par les deux chercheurs soulignent l’importance pour les entreprises de bien appréhender leur marché en termes de politique RSE et de développement durable. Sumitro Banerjee suggère : « En ce qui concerne les investissements dans la RSE, les dirigeants doivent avant tout évaluer la perception qu’ont les consommateurs de leur politique RSE et de la qualité des produits. En particulier, il faut tenir compte du fait que vous couvrez un large segment ou une niche de marché. Pour les segments de marché étroits, il est préférable d’investir dans la qualité et la R&D. Mais pour les produits de grande consommation, la priorité pourrait être d’investir dans la RSE, plutôt que dans l’accroissement de la qualité des produits, ou la R&D. »

Il est intéressant d’observer qu’une politique de développement durable partage un sort commun : “Lorsque que vous souhaitez faire du marketing pour un produit durable, il est essentiel de garder en tête que bien que cette option peut être intéressante pour certains consommateurs, ce n’est pas le cas pour une grande partie d’entre eux. En fait, il y a toutes les chances que vous génériez des perceptions négatives, » ajoute Robert Mai. En conclusion, le chercheur suggère aux spécialistes du marketing de jouer sur les variables du packaging, les certifications qualité et sur les canaux de distribution, afin de contrecarrer les perceptions négatives par les consommateurs des produits durables.

« Par exemple, les slogans publicitaires qui insistent sur le lien entre le développement durable et la qualité peuvent aider à lever des freins liés à une perception négative. Les entreprises peuvent aussi explorer le design du packaging pour renforcer l’idée de fiabilité, à travers des couleurs denses et sombres, ou choisir des matériaux de packaging plus solides. »

L’essentiel à retenir est que ces initiatives, a priori positives, telles que le lancement d’une politique RSE et de produits durables, peuvent être contre productives en termes de marketing. Chaque entreprise doit donc trouver son point d’équilibre, afin d’atteindre son objectif sur son marché de prédilection.

Cela pourrait vous intéresser

  • Des catalogues digitaux enrichis… Pour quoi faire ?
    Publié le 16 Septembre 2019

    Des catalogues digitaux enrichis… Pour quoi faire ?

    Les catalogues digitaux enrichis font une promesse : celle d’apporter une expérience unique aux consommateurs. Mais, en réalité, qu’en est-il ? Le sujet a fait l’objet de plusieurs recherches empiriques, conduites en France et en Belgique à partir...

  • La recherche prospective : épicentre de l’innovation
    Publié le 16 Juillet 2019

    La recherche prospective : épicentre de l’innovation

    L’innovation est un facteur clé de réussite pour les entreprises, en particulier dans les secteurs dynamiques comme l’industrie des hautes technologies. De fait, les projets d’innovation sont au cœur de leurs stratégies de développement. Si ces...

  • L’Art peut-il avoir une influence positive sur la perception d’une marque, d’un produit ou d’un service
    Publié le 16 Juillet 2019

    Quand l’Art s’expose et nourrit la recherche

    L’Art peut-il avoir une influence positive sur la perception d’une marque, d’un produit ou d’un service ? Deux enseignantes-chercheuses de Grenoble Ecole de Management ont apporté des éléments de réponse, présentés en mai 2019 lors du colloque...

  • L’art s’expose à GEM et devient un terrain de recherche
    Publié le 23 Mai 2019

    L’art s’expose à GEM et devient un terrain de recherche

    Grenoble Ecole de Management expose pendant plusieurs mois une œuvre textile majestueuse de l’artiste grenobloise Patricia Pinzuti-Gintz dans son hall. Objectif : faire entrer l’Art à l’Ecole, proposer un terrain d’études à deux chercheuses en...

  • Comment réhabiliter les sens dans un environnement numérique ?
    Publié le 20 Mai 2019

    Comment réhabiliter les sens dans un environnement numérique ?

    Jeux d’éclairage et de lumière, parfums et musique d’ambiance… Les années 1990 ont été caractérisées par l’intégration d’éléments sensoriels dans les espaces de vente physiques. Avec l’essor d’Internet, la consommation s’est déplacée vers les...

  • Quels sens dans le numérique ? Les méthodes pour réinventer le marketing sensoriel en contexte digital
    Publié le 09 Avril 2019

    Guide : marketing sensoriel et numérique

    Grenoble Ecole de Management, via sa chaire «Talents de la transformation digitale» publie un guide qui permettra aux professionnels du marketing de reconsidérer la question des sens dans un environnement numérique. Musique, odeurs, éclairages...

  • Caroline Cuny, GEM
    Publié le 14 Janvier 2019

    Comment fiabiliser le lancement d’un nouveau produit ?

    Comment vérifier l’adéquation du design avec le positionnement marketing ?

  • Comment l’expérience patient peut-elle revitaliser notre système de soin ?
    Publié le 14 Septembre 2018

    Comment l’expérience patient peut-elle revitaliser notre système de soin ?

    L’Institut français de l’expérience patient et Grenoble Ecole de Management travaillent à l’intégration de l’expérience patient dans le parcours de soin en France.

  • David Gotteland est professeur de marketing à Grenoble Ecole de Management
    Publié le 14 Juin 2018

    Quel process d’innovation favoriser pour éviter les échecs ?

    La méthode des schèmes fondamentaux déployée dans Creanov©, permet d’accroître de 15% l’originalité et l’utilité perçue des idées de nouveaux produits ou de nouveaux services

  • Transition énergique : quand l’e-mobilité détrônera les véhicules thermiques
    Publié le 09 Mars 2018

    Transition énergétique : quand l’e-mobilité détrônera les véhicules thermiques

    2040 pourrait marquer l’interdiction en France des véhicules thermiques en ville, selon l’enquête du Baromètre du marché de l’énergie. Quels défis pour l’e-mobilité ?

  • Can TV Characters Teach Us About Management?
    Publié le 14 Septembre 2017

    Les personnages des séries TV, modèles de managers ?

    « Dr House », « Les Soprano », « Borgen », « The Walking Dead »…Dans cet ouvrage collectif, les personnages de séries TV deviennent des modèles de managers

  • Circular Economy
    Publié le 09 Mai 2017

    Troccauris. Un modèle d’économie circulaire ?

    Mark Esposito, spécialiste de l’économie circulaire, explique pourquoi Troccauris est un exemple d’innovation financière et de valorisation des ressources.

  • Publié le 30 Mars 2017

    Nouveau quinquennat : énergétique ou pas? telle est la question !

    Dans le cadre des négociations climatiques conduites lors de la COP21 en 2015, la France s’est engagée à réduire de 40 % d’ici à 2030 ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990. Si les candidats à la présidentielle 2017 s’...

  • Publié le 19 Mars 2017

    Recherche : Informations nutritionnelles, gare à l’effet boomerang des efforts de clarté

    Plus la fiche d'informations nutritionnelles d'un produit est lisible et facile à assimiler, plus les intentions d'achat des consommateurs augmentent. Y compris si le produit est mauvais pour la santé ! Un éclairage inédit sur les efforts de...

  • research on Contextual Television Advertising
    Publié le 28 Février 2017

    Recherche : Quelle efficacité pour la publicité contextuelle à la télévision ?

    Du fait de la digitalisation de leurs activités économiques et marketing, les entreprises se préoccupent de plus en plus de l’efficacité de leurs campagnes publicitaires. Le taux de conversion, mesuré comme le nombre de transactions en ligne par...

  • research on logo makeover perception
    Publié le 18 Octobre 2016

    A nouveau logo, nouvelle image : comment réussir la transition ?

    En janvier 2014, Grenoble Ecole de Management affichait un nouveau logo, aux couleurs de ses performances et de ses orientations. Caroline Cuny et Marianela Fornerino, professeurs au département marketing à GEM, et Julien Grobert, ancien assistant...

  • Publié le 14 Septembre 2016

    Praticité : pour ou contre ?

    Les dispositifs techniques censés réduire les efforts inutiles, aboutiraient à une taylorisation des gestes de la vie quotidienne. Dans une tribune de The Conversation Raffi Duymedjian se questionne sur les effets néfastes de la praticité.

  • Publié le 16 Janvier 2015

    Recherche : Pourquoi la nostalgie vous donne envie d’acheter

    La mode actuelle des produits « rétro » ou vintage ne doit rien au hasard. Une étude co-écrite par Jannine Lasaleta, chercheur à GEM, montre que ce qui suscite un sentiment de nostalgie réduit simultanément l’attrait pour l’argent. Le dépenser...