Vous êtes ici

Les Trophées de la Paix économique : récompenser les entreprises pionnières

Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail
Publié le
15 Octobre 2018

Six ans après sa création par Grenoble Ecole de Management, la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail lance Les Trophées de la Paix économique le 14 mai 2019, à Grenoble. L’initiative mettra en lumière les actions de terrain qui expérimentent un changement de modèle au cœur de l’entreprise.

Entretien avec Dominique Steiler, titulaire de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, instigateur des trophées avec les partenaires historiques de la chaire de recherche.

Les Trophées de la Paix économique marquent une étape clé pour la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, qui change de nom à cette occasion. Quels en sont les enjeux ?

Il existe au sein de la chaire de recherche une démarche visant la mise en commun de bonnes pratiques pour « mettre en marche » la Paix économique. Les dirigeants, partenaires de la chaire, mobilisés sur le terrain de la Paix économique, souhaitent aujourd’hui ouvrir, étayer et densifier un maillage d’entreprises. L’objectif des Trophées est donc de créer de nouveaux ancrages territoriaux, de nouvelles interactions à travers la mise en place d’une fédération d’entreprises. Aujourd’hui, cette communauté d’entreprises vise donc un effet multiplicateur, afin d’être moins isolées, plus dynamiques, plus visibles et influentes… Pour aller plus loin !

En quoi les Trophées de la Paix économique peuvent-ils être porteurs de sens pour les entreprises ?

Nous avons besoin – il faut l’affirmer haut et fort – d’entreprises et d’organisations publiques efficaces et pérennes qui contribuent pleinement à la vie sociale. Dans les organisations où elles sont déjà mises en œuvre, les dynamiques positives, fondées sur la Paix économique, génèrent un élan vers une amélioration de la santé, du bien-être et de l’engagement des personnes. Mieux encore, les travaux effectués dans ce domaine démontrent que ces entreprises améliorent leur compétitivité, leur performance et créent de la richesse au profit des acteurs économiques ET du développement sociétal. C’est pourquoi, il existe au sein de la chaire une vraie volonté d’accroître la visibilité nationale et internationale pour gagner en influence sur ces sujets.

Ces premiers Trophées mettront en exergue des processus d’amélioration en devenir, déployés par des organisations privées ou publiques, les deux années suivantes. Pourquoi ce choix ?

En effet, c’est d’abord l’intention, le cheminement et la dynamique collective vers le mieux-être et le bien commun qui seront récompensés. Ce n’est donc pas le résultat mais bien les moyens qui seront mis à l’honneur. Pourquoi ? Car le jury souhaite valoriser le chemin parcouru, une transformation qui est toujours en devenir. L’idée est donc que les entreprises candidatent comme n’importe quel porteur de projet en construction, accompagné par des chercheurs de la chaire, ou par un parrainage d’entreprises, membres de la chaire. Au terme des deux années, axées sur la conduite du projet, les entreprises se verront confirmées dans leur démarche en venant « raconter » au jury et au public présent ce qu’est un processus d’élaboration du mieux-être au sein des organisations dans la perspective d’un projet commun, porteur de sens partagé. Ne pas pointer le strict résultat évite aussi toute « récupération » du sujet dans une perspective de green washing…

Au total, dix prix, dont le Grand prix du jury, seront décernés sur les dimensions de la Paix économique – la personne, le management, l’organisation –, selon trois critères de taille des organisations : entreprises multinationales, ETI et PME/PMI, domiciliées en France.

En effet, les Trophées combinent tout à la fois une démarche pédagogique, via un accès direct aux chercheurs de la chaire, et le développement de bonnes pratiques en mode projet. L’idée est bien, à partir de l’existant, d’identifier les besoins, l’objectif de transformation et les moyens mis à disposition pour tendre vers le mieux-être commun et la performance.

Trois axes, et donc trois types de projets seront privilégiés : le développement de la dimension personnelle au sein de l’organisation, via la mise en œuvre de bonnes pratiques, orientées vers le bien-être, telle la Mindfulness… La question étant de savoir comment l’instauration de nouvelles pratiques influe sur la qualité des interactions humaines dans un écosystème économique.

La dimension collective ensuite, s’intéressera aux projets visant l’évolution interrelationnelle ainsi que les transformation de modèles managériaux tel que peut l’être  le « servant leadership » -  dont l’action est d’abord mise au service de ses collaborateurs.

Enfin, les projets centrés sur la dimension organisationnelle. Ils viseront – par l’épanouissement de l’une ou plusieurs parties prenantes internes ou externes –, à montrer comment l’entreprise peut avoir un impact bénéfique sur la société civile et/ou la nature. 

Loin des « critères » d’évaluation classiques, ce sera d’abord l’ancrage des projets dans de plus grandes valeurs humaines qui sera observé, juste avant l’engagement de personnes positives et passionnées par un projet de transformation d’un monde du travail au service de la cité. Grâce au partage direct d'expériences intenses et souvent exemplaires, les participants trouveront des réponses à leurs préoccupations actuelles de pérennité, de progrès sociétal et d’efficacité économique.

Vous souhaitez candidater, plus d’informations ici

Cela pourrait vous intéresser

  • Envies de changer : de la paix économique à l'entreprise florissante
    Publié le 05 Mars 2018

    Envies de changer : de la paix économique à l'entreprise florissante

    Comment faire confiance au potentiel humain ? Comment bien réaliser ses feedbacks en entreprise ? Comment faire bouger les lignes du management ? Comment faire évoluer son système de rémunération pour satisfaire le plus grand nombre, ce sont...

  • Caroline Cuny, GEM
    Publié le 14 Décembre 2017

    Quand le digital améliore la relation client dans la boutique

    Recueil de data clients, reconnaissance faciale, analyse prédictive des comportements… le phygital optimise l’expérience et la satisfaction du client.

  • Séverine Le Loarne, esiegnant chercheur à Grenoble Ecole de Management
    Publié le 14 Décembre 2017

    Entrepreneuriat social : les femmes s’investissent par opportunité plus que par altruisme

    Pourquoi un/une entrepreneur(e) décide de se lancer dans l’entrepreneuriat social, durable et responsable ? Alors que la littérature suggère que les entrepreneurs sociaux tendent à être des femmes, ou des seniors (femmes et hommes), les recherches...

  • Rüling Charles-Clemens, Professor at Grenoble Ecole de Management
    Publié le 20 Novembre 2017

    Santé : La chaire « Public Trust in Health » questionne la confiance

    En septembre dernier, Grenoble Ecole de Management a lancé une nouvelle chaire de recherche, « Public Trust in Health », dans le cadre de la Fondation GEM, School for business and for society. Créée avec le soutien institutionnel de Bristol-Myers...

  • indicateurs de bien-être et de richesses soutenables
    Publié le 08 Novembre 2017

    Quels indicateurs pour un bien-être soutenable ?

    IBEST décrypte les indicateurs de bien-être et de richesses soutenables bénéfiques à tous, et révèle les richesses du territoire de la métropole grenobloise.

  • Publié le 26 Octobre 2017

    Travail : la pause s'impose

    Les questions d’attention et de concentration au travail sont primordiales, à la fois pour la performance et pour le bien-être des salariés. Plus les tâches à effectuer sont longues et complexes, plus nous « consommons » de l’attention. Au fur et à...

  • Publié le 13 Octobre 2017

    L’entrepreneuriat : une affaire de famille ?

    Quels sont les facteurs qui favorisent la réussite entrepreneuriale ? Existe-t-il des facteurs génétiques ? Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE et Benjamin Powers tentent dans leur nouvel article de the Conversation. Ils illustrent leur...

  • Dominique Steiler propose de mettre l’entreprise au service de la cité
    Publié le 14 Septembre 2017

    Et si l’économie de marché contribuait au mieux-être de la cité ?

    « Osons la Paix économique » déconstruit le paradigme selon lequel l’homme est un loup pour l’homme, et réhabilite les valeurs de coopération en entreprise.

  • La nouvelle chaire de recherche Anosmie, rendre visible l’invisible identifiera de nouveaux business models en lien avec les biotechnologies pour les anosmiques
    Publié le 04 Juillet 2017

    Maladie Anosmie : une chaire pour sensibiliser le grand public

    La nouvelle chaire de recherche Anosmie, rendre visible l’invisible identifiera de nouveaux business models en lien avec les biotechnologies pour les anosmiques

  • La sursollicitation numérique se caractérise par le trop grand nombre d'informations numériques qui nous assaillent
    Publié le 23 Juin 2017

    Halte à la sursollicitation numérique : guide pratique

    La sursollicitation numérique se caractérise par le trop grand nombre d'informations numériques qui nous assaillent : au travail, dans la vie de tous les jours, lors des loisirs, etc. De cette sursollicitation, qui est devenue quasiment permanente...

  • Publié le 16 Juin 2017

    L'entrepreneuriat est-il genré ?

    Les études montrent que de nombreux entrepreneurs sociaux sont des femmes. Doit-on pour autant en conclure que l’entrepreneuriat social est réservé aux femmes ? Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE tente de répondre dans son nouvel...

  • Publié le 16 Juin 2017

    Journée rencontre SOS ANOSMIE

    Une journée " Infos-Rencontres" est organisée à Paris par l'Association Française pour l'Anosmie et l'Agueusie (A.F.A.A. SOS Anosmie) et aura lieu le samedi 24 juin de 10:00 à 18:00, à l'hôtel Miramar Montparnasse, 6 place Bienvenue (à 100 m de la...

  • Publié le 16 Juin 2017

    Journée rencontre SOS ANOSMIE

    Une journée " Infos-Rencontres" est organisée à Paris par l'Association Française pour l'Anosmie et l'Agueusie (A.F.A.A. SOS Anosmie). Elle aura lieu le samedi 24 juin de 10:00 à 18:00, à l'hôtel Miramar Montparnasse, 6 place Bienvenue (à 100 m de...

  • Publié le 15 Mai 2017

    Paix économique : comment conjurer la peur face à l'Histoire ?

    Parlant de paix économique, en 1935, l’économiste Henri Hauser s’inquiétait de la présence de certains signes précurseurs de la guerre : la montée en puissance de l’extrême droite et du populisme en Europe, la volonté de fermeture des frontières et...

  • Renaud Cornu-Emieux, responsable de la Chaire Talents de la transformation digitale, et enseignant-chercheur à GEM
    Publié le 10 Mai 2017

    Le digital : un frein ou un atout pour les RH ?

    DRH, DSI et direction marketing doivent interagir pour construire un projet de transformation numérique, à partir d’un modèle de management agile, en réseau

  • Publié le 03 Mai 2017

    Comment financer l’entrepreneuriat féminin ?

    Les banques et assurances semblent désormais s’intéresser à l’entrepreneuriat féminin en tant cible à part entière. Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE analyse l’évolution de la relation entre femmes entrepreneures et financeurs.

  • Publié le 30 Mars 2017

    Qu’est-ce que l’exemplarité?

    On attend d’un leader qu’il donne l’exemple, qu’il soit irréprochable. Dans son nouvel article Dominique Steiler montre la confusion entre exemplarité et exemplarisme. Plutôt que d’être parfait il prône le développement d’une « intention éthique ».

  • Publié le 27 Mars 2017

    Peut-on mesurer le bien-être ?

    Fiona Ottaviani souligne l’usage pathologique des indicateurs et la frénésie de vouloir tout quantifier dans son article de The Conversation. Elle préconise la mise en place d’indicateurs avant tout opérationnels.

  • Publié le 21 Mars 2017

    Quand le smartphone brouille la communication

    Le smartphone est devenu incontournable. Peut-on s’en passer ? En quoi a-t-il modifié notre façon de communiquer ? Raffi Duymedjian et Isabelle Ne tentent de répondre dans leur article de The Conversation.

  • Publié le 22 Février 2017

    Essence et sens : faire la Paix Economique

    En écrivant et en partageant nos vues sur la paix économique, nous rencontrons certaines résistances. Parmi elles, l’alternance très classique entre une critique d’utopie lorsque nous parlons des grandes idées ou des élans qui nous animent et de...

  • Publié le 06 Février 2017

    En pleine conscience ...d'éduquer !

    Pour avancer vers une société plus apaisée, il semble nécessaire de repenser entièrement le rôle de notre système d’éducation. J’apprécie au plus haut point la philosophie de l’« Education act » mis en place par la Finlande qui cherche à former des...

  • Publié le 25 Novembre 2016

    Qui est le Lifestyle Entrepreneur ?

    Le lifestyle entrepreneur adapte son activité à son mode de vie Ce type d’entrepreneuriat se développe de plus en plus grâce à l’économie digitale. Séverine le Loarne analyse le nouveau rapport au travail qui en découle dans sa chronique...

  • Publié le 22 Novembre 2016

    Anosmie: comment vivre sans odorat ?

    L’anosmie se caractérise par la perte totale ou partielle de l’odorat, environ 5% de la population est touchée. Il n’existe encore pas de traitement fiable .Comment aider les anosmiques et faire reconnaître ce handicap invisible ? Ce sont les...

  • Publié le 04 Novembre 2016

    L’innovation intensive : une stratégie à bout de souffle

    Les déboires de Samsung montrent les limites de la stratégie de compétition par l’innovation intensive. Séverine Le Loarne préconise comme alternative la stratégie du SAV pour laisser le temps aux entreprises de lancer de vraies innovations.

  • Publié le 27 Octobre 2016

    Comment intégrer les femmes entrepreneurs dans les réseaux professionnels ?

    La place des femmes dans les réseaux mixtes et féminins, c’est le sujet de l’article de Séverine Le Loarne et Mark Smith. Pour illustrer leur propos ils s’appuient sur des recherches réalisées pour Réseau Entreprendre et la Commission européenne.

  • Publié le 03 Octobre 2016

    Le leadership au féminin

    D’après une étude menée en 2014 les femmes sont plus inventives mais moins entendues que les hommes. Fort de ce constat Séverine Le Loarne titulaire de la chaire FERE s’interroge sur l’intégration des filles dans le système éducatif.

  • Renaud Cornu-Emieux, responsable de la Chaire Talents de la transformation digitale, et enseignant-chercheur à GEM
    Publié le 28 Juin 2016

    Création de la Chaire Talents de la Transformation Digitale

    La transformation digitale, cruciale pour les entreprises, déstabilise pourtant nombre d'entre elles. Elles peinent à adopter le modèle digital et, de ce fait deviennent vulnérables, ne serait-ce que parce qu'elles ont du mal à attirer ou à...

  • Publié le 21 Avril 2016

    Génération Y au sein de l'entreprise et pédagogie : où en est-on ?

    Le sujet des générations Y/Z suscite un intérêt croissant en entreprise, où il vient « rafraîchir » des thèmes plus anciens tels que le management intergénérationnel, la reconnaissance, l’exemplarité ou encore la marque employeur. En tant que...

  • Publié le 23 Mars 2016

    2016 : Femmes et économie font-elles bon ménage ?

    Séverine Le Loarne, titulaire de la Chaire FERE et Mark Smith, publient une tribune sur l’évolution de la place des femmes dans l’économie depuis 40 ans. La parité est encore loin d’être acquise, mais les femmes entrepreneures disposent d’atouts...

  • Publié le 18 Février 2016

    Femmes et renouveau économique : Grenoble Ecole de Management et Le réseau Les Pionnières créent la Chaire « FERE »

    Le renouveau économique fait partie des défis majeurs que doit relever la France au 21e Siècle. Les femmes peuvent y contribuer mais avec quel modèle entrepreneurial ? Comment les accompagner dans cette démarche ? Tel est l'objet de cette nouvelle...

  • Publié le 16 Janvier 2015

    Recherche : Pourquoi la nostalgie vous donne envie d’acheter

    La mode actuelle des produits « rétro » ou vintage ne doit rien au hasard. Une étude co-écrite par Jannine Lasaleta, chercheur à GEM, montre que ce qui suscite un sentiment de nostalgie réduit simultanément l’attrait pour l’argent. Le dépenser...