Toutes les actualités
05 mai 2017

Quelles solutions pour réduire l’emploi précaire ?

Pourquoi le taux de chômage des jeunes est si élevé ? C’est l’objet des recherches que Mark Smith mène dans le cadre du projet STYLE. Dans son nouvel article de The Conversation Mark Smith il traite de l’emploi précaire.

Comme dans la célèbre chanson du groupe The Smiths des années 80 : « Je cherchais un travail, j’ai fini par en trouver un, mais mon dieu ! Dans quelle misère suis-je maintenant ! ». L’augmentation de la pauvreté active remet en question l’adage selon lequel travailler est la meilleure façon de sortir de la pauvreté. Avec les changements radicaux survenus dans le marché du travail, les types d’emploi disponibles et les nouvelles menaces telles que la robotisation, on ne peut plus se fier aux anciennes assertions. Que peut faire la société lorsqu’elle est confrontée à l’accroissement de la part de pauvreté active ? The Conversation

Qu’est-ce que la pauvreté active ?

Bien que les définitions varient, la Commission européenne considère que les travailleurs pauvres sont les personnes employées plus de la moitié de l’année mais dont le revenu du foyer représente moins de 60 % de la moyenne nationale. Cette définition a concerné presque 1/10e de la population active européenne en 2015. Les travailleurs pauvres sont particulièrement nombreux parmi les ménages à revenu unique avec enfants (19,8 %), tandis que les foyers sans enfants où deux personnes travaillent, sont les moins à risque (6,2 %).

La pauvreté active a émergé suite aux changements survenus dans le marché du travail et dans sa composition, le tout aggravé par des systèmes de protection sociale mal adaptés aux nouvelles réalités de l’économie. Des postes stables qui apportaient autrefois la sécurité au travailleur et à sa famille ont été remplacés par une variété de nouveaux contrats et par des formes de travail précaire et pseudo indépendant. La diversité des personnes présentes sur le marché du travail a également augmenté. Il comprend maintenant plus de femmes, de familles monoparentales et de jeunes qui peinent à trouver un emploi.

Où sont ces travailleurs pauvres ?

Étant donné que leurs emplois sont souvent plus précaires et moins bien rémunérés, les jeunes sont surreprésentés parmi les travailleurs pauvres. Cependant, les taux officiels de pauvreté active peuvent être complexifiés par la nature des statistiques à l’échelle des ménages. À titre d’exemple, la pauvreté active parmi les jeunes est moins prononcée dans le sud de l’Europe où ils ont tendance à rester plus longtemps chez leurs parents.

Ces statistiques illustrent les effets des ménages, inhérents à la mesure de la pauvreté active : la pauvreté est définie au niveau du foyer alors que les personnes sont employées en tant qu’individus. Ainsi, il est difficile ne pas lier la pauvreté à la composition du ménage. Cette particularité fait à son tour de la pauvreté active un problème épineux d’un point de vue politique : à quel niveau doit-on agir ?

L’économie du « partage » entraîne-t-elle plus de travailleurs vers la pauvreté ?

La multiplication des nouvelles formes de travail indépendant apporte encore une autre dimension à la problématique de la pauvreté active. Elle est plus importante parmi les autoentrepreneurs dans presque tous les pays. Une étude récente sur le travail indépendant a montré qu’il y a une polarisation plus grande dans les revenus des personnes concernées que dans ceux des salariés.

L’émergence de ce que l’on appelle l’économie du « partage » a mis en lumière dans quelle mesure les travailleurs indépendants avec peu de revenus sont vulnérables : ils doivent endosser plus de risques en recevant pourtant une part de bénéfices relativement petite de ces nouveaux marchés. Une recherche allemande suggère que l’auto-entreprenariat à bas revenu tend à se concentrer au sein de groupes déjà économiquement marginaux : « jeunes, femmes, travailleurs à temps partiel, familles monoparentales et indépendants ayant des problèmes de santé ».

Un nouvel enjeu définitionnel ?

Un des aspects du problème de la nouvelle économie est lié à l’interrogation suivante : les travailleurs sont-ils vraiment indépendants ou de simples employés sans les avantages ?

Livreur Deliveroo. Tcees/VisualHunt, CC BY

Quand les vrais travailleurs indépendants fixent leurs prix en prenant en compte le coût et la maintenance de leur équipement, les périodes creuses, les jours où ils sont malades, etc., les acteurs importants de l’économie collaborative comme Deliveroo et Uber refusent ce contrôle à leurs employés. Uber rencontre des difficultés à ce sujet dans de nombreux pays, avec un possible impact sur les droits des travailleurs en termes de salaires, congés payés et d’indemnités maladie.

Le problème de la définition s’étend aussi à la variabilité des revenus de l’économie collaborative. Le risque supporté par les travailleurs signifie qu’ils peuvent avoir des bonnes et des mauvaises semaines. De plus, en tant que pseudo travailleurs indépendants, ils se retrouvent en difficulté quand ils sont en période creuse ou en arrêt maladie.

Quelles politiques pour aider les travailleurs pauvres ?

L’une des problématiques rencontrées par les législateurs est celle de l’adaptation de l’aide sociale en fonction de la précarité du marché du travail et de la fluctuation des revenus d’une semaine à l’autre. Le problème est complexe et pourrait en réalité nécessiter d’agir sur plusieurs fronts. Du point de vue du marché du travail, les législateurs ont besoin de nouveaux outils pour affronter la réalité de la situation de l’emploi contemporain, qui requière une aide sociale de protection contre les revenus faibles ou irréguliers et des mesures permettant de lutter contre les conséquences négatives de certaines des « innovations » de cette nouvelle économie.

Concernant la protection sociale, rendre les allocations universelles ou inconditionnelles est une des possibilités permettant de prévoir un seuil en dessous duquel les revenus sont assurés de ne pouvoir descendre, diminuant ainsi le risque de pauvreté active. Un certain nombre de pays ont essayé des formes d’impôts sur le revenu négatifs grâce auxquels les travailleurs peuvent percevoir un montant supplémentaire en compensation de faibles revenus. Cependant, ces mesures peuvent être onéreuses à mettre en place et ne sont pas forcément adaptables aux fluctuations des rentrées d’argent de court terme.

Les revenus minimums sont un autre moyen d’avoir un seuil horaire, mais les temps de travail courts ou irréguliers font que ce taux planché ne garantira peut-être pas un salaire hebdomadaire suffisant. Une étude réalisée en Belgique sur les options politiques pour lutter contre la pauvreté active conclut par un appel à des mesures universelles qui pourraient soutenir, plutôt que saper, la volonté de travailler (quand on compare avec des mesures plus ciblées).

En ce qui concerne les marchés du travail, les orientations politiques de ces dernières années se sont tournées vers la réduction, plutôt que vers l’augmentation, de la protection législative dans le but d’augmenter l’emploi et de promouvoir la flexibilité.

Fast food. Jon Bunting via VisualHunt.com, CC BY

Dans la nouvelle économie, les formes d’action traditionnelles des syndicats sont difficiles. Les travailleurs étant souvent jeunes, mobiles et en transit, cela ne facilite pas le travail des recruteurs de ces organisations. On peut cependant voir les signes de nouvelles formes de mobilisation, par exemple parmi les livreurs Deliveroo et les employés de fast-food sous contrats « zéro heure ».

Dans tous les cas, il est primordial de ne pas sous-estimer le risque de progression de la pauvreté active. Quand la population sent qu’elle est perdante malgré le fait qu’elle respecte les règles du jeu, la société court un risque plus grand que celui de la précarité, celui de voir la cohésion sociale diminuer et le populisme augmenter.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.


Pour aller plus loin :

Qu'est ce que le revenu universel ?

Projet STYLE (Transition stratégique pour le Travail des Jeunes en Europe)

 

Contacts
Mark Smith