Toutes les actualités
21 mar 2017

Quand le smartphone brouille la communication

Le smartphone est devenu incontournable. Peut-on s’en passer ? En quoi a-t-il modifié notre façon de communiquer ? Raffi Duymedjian et Isabelle Ne tentent de répondre dans leur article de The Conversation.

Qui n’a jamais été bloqué dans son élan par un individu, les yeux rivés sur l’écran de son smartphone, tentant de trouver l’angle du selfie parfait ? Qui n’a pas été stupéfait de constater à quel point l’extrême concentration sur ces petits rectangles lumineux perturbe la perception du hors champ de l’écran et empêche de constater les ralentissements provoqués par l’usage du smartphone sur les mouvements alentour ? The Conversation

Les questions qui parcourent tout ou partie de la société à l’encontre des smartphones se focalisent essentiellement sur leur dimension sociale. Ce petit objet est accusé de rompre les relations sociales de proximité au profit d’interactions virtuelles, d’engendrer une solitude entourée, de perturber les habituelles convenances entre individus quand chaque sonnerie vient interrompre, par un œil jeté sur le SMS fraîchement tombé (comme on disait à une certaine époque d’une dépêche) ou pire, par une prise de ligne (désignation très XXième) la précieuse conversation de face à face que nous désespérions d’avoir avec un ami perdu de vue.

En revanche, il est moins fréquemment question de parler smartphone en termes de vitesse et de mouvements, sauf de façon élogieuse : le smartphone est le parfait complément de ce qu’était l’automobile au XXIe siècle, un objet de libération. La voiture, cheval des temps modernes permettait d’étendre l’espace de déplacement individuel (quand les transports collectifs tel le train nous imposaient la promiscuité d’inconnus).

Le smartphone coupe le fil à la patte de l’ancien téléphone et brise également la contrainte sociale de l’espace « public » associé (rappelons-nous ces files d’attente autour du téléphone familial…). Le smartphone est donc l’outil idéal du nomade qui part le cœur léger et le smartphone rempli d’applications qui seront autant d’outils mobilisables tout au long de son périple.

Pourtant, comme nous l’avons souligné en introduction de ce texte, le smartphone ne participe pas uniquement à une accélération des mouvements, à une fluidification des déplacements dont on sait à quel point ils accompagnent le développement d’une société de marché (qui prône la libre circulation de tout ce qui est en mesure de circuler).

Il provoque également des ralentissements individuels de toute nature : tel véhicule réduit brutalement sa vitesse car son conducteur peine à gérer sa trajectoire et sa discussion téléphonique. Telle discussion entre amis, intense par son débit de parole et la richesse des idées partagées stoppe brutalement à chaque sonnerie (y compris celles provenant de tables environnantes qui provoquent soudainement une palpation collective). Telle démarche rectiligne et énergique doit dangereusement ralentir et pivoter à l’approche d’individus plantés ici et là en diverses postures, du selfie entre potes au point and shoot d’un monument en vue en passant par une discussion téléphonique gesticulée ou un frénétique tapotage bipouce de SMS.

Le smartphone, de faux airs de slow

Certes, nous pourrions alors noter les vertus du smartphone à participer au mouvement slow. Dans notre course effrénée vers une performance accrue, nous avons technicisé chacun de nos gestes à un tel point que chaque seconde gagnée nous paraît convertie en espèces sonnantes. Et le mouvement slow, qu’il relève de la consommation, de la production ou de management, promeut des ralentissements producteurs de valeurs dépassant largement la simple création de valeur monétaire à court terme. Mais les ralentissements propres au smartphone n’appartiennent en rien à la logique du slow car, plutôt que de nous ouvrir à la richesse de l’instant en y puisant les ressources d’une action de long terme, le smartphone nous enferme immanquablement dans le micro espace-temps du l’écran.

D’aucuns pourraient rétorquer que cet espace-temps est précisément beaucoup plus ouvert que l’ici et maintenant dans la mesure où l’écran du smartphone peut renvoyer à d’autres lieux comme à d’autres fuseaux horaires, supprimant ainsi les rugosités propres aux déplacements physiques. Or, ce sont précisément ces rugosités que promeut le slow, ces aspérités plus ou moins prégnantes qui forcent l’attention aux choses et aux gens.


Lire la suite de l'article sur TheConversation

Le smartphone, de faux airs de slow

Parasitage de la coopération

Sur le même thème